Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ce blog est destiné à rendre compte de l'action de Charles-Albert LUCAS  conseiller municipal d'Arcachon siégeant dans l'opposition divers droite et décidé à mener une véritable opposition à la politique  et aux méthodes adoptées par Y. Foulon sur Arcachon et sa région.  Vous pouvez vous abonner gratuitement et adresser des messages en utilisant les rubriques "abonnement" et  "contact" dans la barre des menus.  Vous pouvez également consulter quelques  articles de fond dans la rubrique "Page". La rubrique "Archives" est classée par ordre chronologique.  La rubrique "Catégories" vous  permet d'accéder aux articles par thème .

Arcachon - Le blog de Charles-Albert Lucas

Ce blog est destiné à rendre compte de l'action de Charles-Albert LUCAS conseiller municipal d'Arcachon siégeant dans l'opposition divers droite et décidé à mener une véritable opposition à la politique et aux méthodes adoptées par Y. Foulon sur Arcachon et sa région. Vous pouvez vous abonner gratuitement et adresser des messages en utilisant les rubriques "abonnement" et "contact" dans la barre des menus. Vous pouvez également consulter quelques articles de fond dans la rubrique "Page". La rubrique "Archives" est classée par ordre chronologique. La rubrique "Catégories" vous permet d'accéder aux articles par thème .

10 avril 2014 6 heures 30 de séance…Ce n’est qu’un début

Pourtant la démocratie ce ne devrait pas être la guerre…

D’entrée de jeu, sur la cinquième délibération consacrée à  l’adoption du nouveau règlement intérieur du conseil municipal, le maire a tenté et réussi (pour le moment) le passage en force pour faire adopter le nouveau texte qui était l’occasion de limiter encore un peu plus la capacité d’expression de l’opposition dans le cadre des débats.

Avant le vote je me suis permis une interrogation sur la validité de la procédure suivie. Le maire s’est empressé de ne pas me répondre. Or l’article 34-3 du RI en vigueur jusqu’à hier soir précise que pour modifier le RI « La commission compétente pour examiner la demande de modification est celle du règlement intérieur, hormis le cas de renouvellement du Conseil municipal. Dans cette dernière hypothèse, le nouveau conseil désigne une commission spécialement habilitée. »

En 2008 une commission, à laquelle l’opposition participait, avait travaillé de mars à septembre sur ce sujet, la loi prévoyant un délai de six mois.

En 2014, foin que tout cela : le texte venu d’on ne sait où arrive en délibération tout préparé et prêt à être voté par une majorité docile, en contradiction flagrante avec le règlement en cours de validité (jusqu’à adoption du suivant). Le nouveau texte renforce la possibilité d’arbitraire du maire en modifiant de façon défavorable les possibilités d’expression de l’opposition notamment lors de la discussion des amendements. D’où notre opposition résolue toutes oppositions confondues.

Que penser d’une majorité qui ne respecte pas sa propre règle et diminue les droits de l’opposition ; quelles garanties restera-t-il à la minorité? Le respect des procédures est l’une des garanties de la minorité qui organise à partir de là son travail. La solution était de désigner la commission et de lui renvoyer le texte ancien ou nouveau.
Ma question était légitime. Le maire n’y a pas répondu. J’ai donc utilisé la seule arme à ma disposition consistant à faire une obstruction systématique. Cette guérilla n’était pas dans les habitudes d’une assemblée dont les membres ont l’habitude de dîner à l’heure, une assemblée outrée par mon attitude et assise sur ce qu’elle croit être son bon droit.

Elu de l’opposition, j’ai fait de l’opposition, respectant le contrat passé avec les électeurs dont bon nombre voulait que Yves Foulon ait enfin une opposition.

Le maire, par les bons soins d’un collègue était informé de ma position et de ses motifs. L’ensemble du conseil aussi, lors de l’une de mes interventions, à la suite du refus de concéder un poste à l’opposition à la régie du port et au conseil d’administration d’Arcachon expansion. Ils étaient libres de saisir la main tendue.

Eternel débat entre la démocratie formelle et la démocratie réelle… débat déjà encours à l’époque de la Russie soviétique…triste référence !

Toutefois je n’assume pas tout seul la surprenante longueur de la séance : une heure environ a été perdue du fait de l’attitude arrogante du maire qui a prétendu empêcher Anny Bey de présenter sa candidature à un des postes mis aux voix pour le syndicat d’énergie électrique de la Gironde. Revenu ensuite sur sa position, après intervention de ses services, il a refait voter la délibération litigieuse, et a accepté d’autres candidatures, après une très longue interruption de séance.

Pour le reste, le conseiller d’opposition que je suis a voté certaines délibérations, s’est abstenu sur certaines et en a rejeté d’autres, sans à priori et à partir de mes connaissances et convictions…

J’ai aussi glané quelques informations significatives :


-       En 2013, Yves Foulon a encore vendu pour 5 millions d’euros de foncier : le terrain de la Thalasso qui était sous bail emphytéotique et constituait un des derniers joyaux du patrimoine de cette ville, et le terrain d’Elysées Reclus  pour lequel le conseil a cassé la condition substantielle du legs Cameleyre : que le terrain garde sa vocation forestière. C’est en quelque sorte un viol moral que de ne pas respecter les volontés de défunts conditionnant un tel cadeau.
-       Les taux d’imposition ne seront pas modifiés en 2014. Heureusement… car à quoi servirai la grande braderie foncière et la bétonisation qui va se poursuivre en ville… assurant ainsi une recette fiscale toujours en hausse…
-       La capacité globale d’hébergement de la population non permanente atteint 60.219 habitants, ce qui représente 542% de la population permanente recensée… cette situation n’est-elle pas un peu déséquilibrée ?
-         Je croyait que mon mandat était gratuit et je vais toucher 81,73€ par mois d'indemnité, et un adjoint touchera 1.212,66€ ! La démocratie a un coût, là il est raisonnable.

 


Charles-Albert LUCAS