Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ce blog est destiné à rendre compte de l'action de Charles-Albert LUCAS  conseiller municipal d'Arcachon siégeant dans l'opposition divers droite et décidé à mener une véritable opposition à la politique  et aux méthodes adoptées par Y. Foulon sur Arcachon et sa région.  Vous pouvez vous abonner gratuitement et adresser des messages en utilisant les rubriques "abonnement" et  "contact" dans la barre des menus.  Vous pouvez également consulter quelques  articles de fond dans la rubrique "Page". La rubrique "Archives" est classée par ordre chronologique.  La rubrique "Catégories" vous  permet d'accéder aux articles par thème .

Arcachon - Le blog de Charles-Albert Lucas

Ce blog est destiné à rendre compte de l'action de Charles-Albert LUCAS conseiller municipal d'Arcachon siégeant dans l'opposition divers droite et décidé à mener une véritable opposition à la politique et aux méthodes adoptées par Y. Foulon sur Arcachon et sa région. Vous pouvez vous abonner gratuitement et adresser des messages en utilisant les rubriques "abonnement" et "contact" dans la barre des menus. Vous pouvez également consulter quelques articles de fond dans la rubrique "Page". La rubrique "Archives" est classée par ordre chronologique. La rubrique "Catégories" vous permet d'accéder aux articles par thème .

ARC'EAU écrit à MHDE, présidente de la COBAS

C'est avec l'autorisation de son auteur que je publie la lettre ci-dessous qui émane de la Présidente d'ARC EAU, adressée à la présidente de la COBAS qui devrait retenir l'attention de tous les habitants de la COBAS

LRAR
Objet : Service public de l’eau potable : fuites, dégradations des parties « privées »

Madame la Présidente,


Année après année, la piètre qualité d’exploitation de VÉOLIA produit ces effets : une multiplication des fuites sur branchements que ce soit sur la partie « publique » avant compteur ou sur la partie « privée », après compteur. Pour les premières, le rapport annuel du délégataire est éloquent : Entre 2010 et 2014, les fuites sur branchements et sur canalisations ont été multipliées par 2,17.

Constante pour privilégier les intérêts de VÉOLIA, au détriment de la qualité du service public, la COBAS a au cours des dernières années réduit drastiquement les pénalités pour non atteinte des objectifs de rendement jusqu’à les rendre indolores pour VÉOLIA.
Tel n’est pas le cas des usagers, pour les fuites après compteur, qui, malgré le dispositif de la loi Warsmann, payent et surconsommation d’eau et travaux de réparation des canalisations alors que c’est le dioxyde chlore introduit dans l’eau qui est à l’origine des fuites. En tant qu’élue de Gujan- Mestras, vous ne pouvez l’ignorer, vos administrés sont particulièrement concernés. Nous les rencontrons.
Vous avez été, depuis des années, informée par l’Agence Régionale de la Santé des anomalies, persistantes concernant la qualité de la désinfection de l’eau « potable » sur le territoire de la
COBAS : Les études scientifiques ont démontré de façon incontestable que le dioxyde de chlore utilisé dans des conditions moyennes de température, de pression et de concentration, altère la paroi interne des infrastructures qu’il traverse ; ainsi en est-il des réseaux d’eau. Les faits sont reconnus par VÉOLIA dans son rapport annuel 2014, ainsi que par la COBAS dans le rapport de sa Commission « Eau » de 2015. Le phénomène s’amplifie avec les fortes chaleurs comme celles de 2015.
Les résultats d’analyse, que nous a transmis l’ARS, révèlent des dépassements récurrents des références de qualité de nombreux paramètres avec des variations fortes des taux de dioxyde de
chlore. Alors qu’une désinfection « dans les règles » doit se faire à taux constants, les variations constatées de dioxyde de chlore créent obligatoirement des réactions et témoignent d’un dysfonctionnement dans l’ensemble du réseau.

Ainsi, informée comme vous l’êtes, répondre en déclinant toute responsabilité de la part de la COBAS et de VÉOLIA, en raison de la localisation de la fuite après compteur, alors que c’est le dioxyde de chlore qui attaque les canalisations, est inacceptable. C’est aussi la fuite des responsabilités. C’est ce que vous faites.
VÉOLIA a dégradé le patrimoine des usagers, comme celui administré par la COBAS par absence de maîtrise du processus de désinfection de l’eau ; des problèmes sont relevés dans l’ensemble des points de désinfection au dioxyde de chlore sur le territoire de la COBAS. Face aux lourdes conséquences pour certains usagers, VÉOLIA et vous-même, essaient de faire croire que le dioxyde de chlore se serait arrêté au compteur, comme le nuage de Tchnernobyl à nos frontières ?
Les usagers, victimes de fuites, subissent un double préjudice : celui des fuites, des coupures d’alimentation qu’elles entrainent, des frais de réparation, et celui d’une facturation exagérée de mètres cube. Et ils cumulent avec l’ensemble des autres usagers qui supportent le coût de réparation des parties publiques du réseau de distribution. La cupidité légendaire des délégataires de l’eau, lisezles rapports de la Cour des comptes, bénéficie de votre appui. En effet, le futur contrat prévoit un « Renouvellement accéléré de 6000 branchements en PEHD présentant des risques avérés de fuites sur les 5 premières années du contrat » (Article 25).
Cette dépense doit obligatoirement être mise à la charge du délégataire actuel ,VÉOLIA, sachant que les effets du dioxyde de chlore, quand bien même la désinfection serait conforme ou réalisée avec un autre désinfectant, se feront sentir longtemps. C’est ce que vient de faire, le 3 septembre dernier, le conseil Municipal de Lège – Cap Ferret avec son ancien délégataire la Lyonnaise des Eaux en lui faisant payer :
- les compteurs non renouvelés
- les équipements à renouveler ou en mauvais état de fonctionnement.
Sur ces points, les engagements des délégataires sont identiques dans les deux contrats. Nous constatons que ces deux « grandes » entreprises ont les mêmes scandaleuses pratiques.
Cela signifie-t-il qu’il vaut mieux être administré par M. Sammarcelli et son conseil municipal que par Mme des Esgaulx et son conseil communautaire ?
La responsabilité du VÉOLIA repose sur les articles L.1382 à L.1386-2 du code civil. Il vous appartient de lui faire assumer les conséquences financières à l’égard du patrimoine du service public, des fuites provoquées. Non seulement le dispositif de la loi Warsmann doit être appliqué mais VÉOLIA doit encore prendre à sa charge la totalité de la part excédentaire de la facture d’eau des usagers, ainsi que les frais de réparation des canalisations.
Naturellement, il est urgent de se pencher sur le changement de mode de désinfection de l’eau distribuée, et en amont, sur la protection de la qualité de la ressource.
Nous attendons des propositions et des décisions concrètes des élus de la COBAS. Soyez assurée de notre vigilance.
Je vous prie de croire, Madame la Présidente, à l’assurance de notre considération distinguée.


                                                                                                            Marie Joelle LAULOM
                                                                                                                     Présidente d’ARC’EAU