Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ce blog est destiné à rendre compte de l'action de Charles-Albert LUCAS  conseiller municipal d'Arcachon siégeant dans l'opposition divers droite et décidé à mener une véritable opposition à la politique  et aux méthodes adoptées par Y. Foulon sur Arcachon et sa région.  Vous pouvez vous abonner gratuitement et adresser des messages en utilisant les rubriques "abonnement" et  "contact" dans la barre des menus.  Vous pouvez également consulter quelques  articles de fond dans la rubrique "Page". La rubrique "Archives" est classée par ordre chronologique.  La rubrique "Catégories" vous  permet d'accéder aux articles par thème .

Arcachon - Le blog de Charles-Albert Lucas

Ce blog est destiné à rendre compte de l'action de Charles-Albert LUCAS conseiller municipal d'Arcachon siégeant dans l'opposition divers droite et décidé à mener une véritable opposition à la politique et aux méthodes adoptées par Y. Foulon sur Arcachon et sa région. Vous pouvez vous abonner gratuitement et adresser des messages en utilisant les rubriques "abonnement" et "contact" dans la barre des menus. Vous pouvez également consulter quelques articles de fond dans la rubrique "Page". La rubrique "Archives" est classée par ordre chronologique. La rubrique "Catégories" vous permet d'accéder aux articles par thème .

Bilan d'étape

Je ressens aujourd'hui le besoin de faire le point de mon activité sur ce blog et en tant que conseiller municipal.

Sur ce blog

J'ai choisi ce moyen pour informer les électeurs et leur rendre compte de mon mandat en permanence, de façon transparente et aussi immédiate que possible. Il est possible de rentrer en contact avec moi directement en utilisant le bouton contact ou en me joignant par tous moyens:

  1. mail: c.a.lucas@orange.fr
  2. tel. 0648350667

Je refuse les commentaires pour éviter le déchaînement de bêtises que l'on constate sur le net ou les personnes ont pris la mauvaise habitude de s'exprimer de façon anonyme, encouragées par les éditeurs pour des raisons commerciales: les flux générent la publicité...et les recettes. Tel n'est pas mon propos, bien entendu. Mon mandat municipal ne me rapporte rien; je perçois une indemnité de 73,11 euros net par mois qui ne couvrent pas les frais générés par son accomplissement, ce qui est pour moi naturel et secondaire. Je profite toutefois de 1 à 2 places gratuites aux spectacles de l'Olympia...

Ce blog existe depuis de nombreuses années, mais je ne l'utilisais pas. Il a effectivement démarré au lendemain de la campagne électoral et a progressivement trouvé ses lecteurs. Sa progression est rapide.

Quelques chiffres que les éditeurs ne fournissent généralement pas: depuis avril 2014 et jusqu'à fin novembre ce sont 16.039 pages vues. La fréquentation est passée progressivement de 1.217 pages vues en avril à 3.755 pages vues en novembre. Il peut encore progresser. Ces statistiques sont encourageantes, mais les points de repéres manquent. Je n'ai pas encore l'impact d'un article dans le quotidien régional...La diffusion des idées et des informations dépendent non seulement du contenu mais de l'esprit militant des lecteurs...Si vous pensez que ce travail d'information est utile faites le savoir autour de vous, diffusez l'adresse internet: www.charlesalbertlucas.com

C'est encore le meilleur moyen d'en augmenter l'audience.

Bilan d'étape

Dans le cadre municipal

Je suis encore dans une phase de rodage. Bien qu'ayant été élu local à la fin des années 70, mon expérience est lointaine et quelque peu caduque car bien des choses ont changé.

Le conseil municipal d'Andernos fonctionnait alors de façon transparente et démocratique. Les informations étaient disponibles pour tous les élus. Il n'en est plus de même aujourd'hui à Arcachon; la moindre demande de renseignement provenant d'un élu de l'opposition doit faire l'objet d'une demande écrite; telles sont les instructions donnés aux fonctionnaires par le maire qui exerce de fait une forme de "dictature" à partir du principe simple:" je ne fournis aux opposants que ce à quoi la loi me contraint".

C'est ainsi que la commission des finances examine des conventions d'objectifs avec les associations sans que ses membres puissent en avoir un exemplaire... et que son président, l'irremplaçable Jean-Paul Chansarel, m'a répondu, devant mes protestations: " "Je ne vous les fournirai pas car rien ne m'y oblige..." Ces pratiques sont contraires au simple bon sens; elles sont fréquentes dans certaines mairies de droite comme de gauche ou la démocratie, son esprit, est régulièrement bafouée...sans que cela ne dérange les membres de la majorité soumis à une discipline et réduits au silence. J'ai même entendu un collégue dire au maire à la fin d'un conseil municipal: "Excuse-moi, Yves, je suis intervenu car j'en avais assez d'entendre l'opposition..." Quand un groupe de plus de vingt personnes est unanime sur tous les sujets, il y a suspicion...

Il faut savoir que le compte rendu du conseil municipal du mois de juin n'a toujours pas été présenté au conseil, ni les suivants... ce qui permet au maire de me refuser la communication de l'enregistrement des séances. Il craint la publicité de certains propos. Cette pratique est en contradiction avec les dispositions du règlement intérieur que le maire a lui-même établi. Le législateur n'a pas cru bon de prévoir de sanctions pour de tels comportements...Mais existe-t-il des assemblées sérieuses qui délibèrent sans avoir pris le soin d'adopter le CR de la séance précédente? Quand une autorité n'applique pas les règles qu'elle a elle-même édictée, le simple bon sens est interpellé...

Tout cela pourrait décourager les opposants, certains ne fréquentent déjà plus les commissions dont l'utilité est réduite à la distribution d'informations...

De ce fait, mon opposition est frontale; mais je m'autorise à voter en conscience ce qui fait que mon opposition n'est pas systématique et que j'ai voté en faveur de nombreuses délibérations.

Pour l'avenir, au-delà de ce mandat, j'espère que l'ensemble de ces informations seront utiles aux prochains candidats. L'essentiel sera, pour eux, de tirer parti des erreurs que nous avons commises:

- ne pas réussir à sélectionner une tête de liste fiable.

- démarrer trop tard dans la campagne.

- analyser insuffisamment la situation, la composition effective du corps électoral (les résidents secondaires, les nouveaux arrivants, les personnes du quatrième âge, celles que l'on ne rencontre que chez elles).

- ne pas attaquer suffisamment et fortement les points faibles de la majorité sortante.

Nous aurions sans doute pu passer devant la gauche, et mettre le maire en ballotage, obtenant ainsi plus de siéges et participant à l'intercommunalité.