Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ce blog est destiné à rendre compte de l'action de Charles-Albert LUCAS  conseiller municipal d'Arcachon siégeant dans l'opposition divers droite et décidé à mener une véritable opposition à la politique  et aux méthodes adoptées par Y. Foulon sur Arcachon et sa région.  Vous pouvez vous abonner gratuitement et adresser des messages en utilisant les rubriques "abonnement" et  "contact" dans la barre des menus.  Vous pouvez également consulter quelques  articles de fond dans la rubrique "Page". La rubrique "Archives" est classée par ordre chronologique.  La rubrique "Catégories" vous  permet d'accéder aux articles par thème .

Arcachon - Le blog de Charles-Albert Lucas

Ce blog est destiné à rendre compte de l'action de Charles-Albert LUCAS conseiller municipal d'Arcachon siégeant dans l'opposition divers droite et décidé à mener une véritable opposition à la politique et aux méthodes adoptées par Y. Foulon sur Arcachon et sa région. Vous pouvez vous abonner gratuitement et adresser des messages en utilisant les rubriques "abonnement" et "contact" dans la barre des menus. Vous pouvez également consulter quelques articles de fond dans la rubrique "Page". La rubrique "Archives" est classée par ordre chronologique. La rubrique "Catégories" vous permet d'accéder aux articles par thème .

A propos de l'ilôt Peynaud...Question de méthode....

On a appris par la lecture de SO daté du 25 septembre dernier que la mairie allait prendre en charge une part non négligeable de l'immeuble prévu sur l'ilôt Peynaud: ce qui concerne le transfert du casino, et la partie public du parking sous terrain.

Cette information ressort d'un document rempli par le promoteur, mais c'est un document public; la mairie n'a dénoncé ni le document, ni l'article... Elle fait profil bas... Curieusement, le conseil municipal a voté tout ce qui lui a été proposé pour réaliser l'opération (modification du PLU), mais il n'a pas été informé de ce qui apparaît comme un élément essentiel pour équilibrer l'ensemble de l'opération... Voilà un maire qui agit en toute transparence... qui promet la fin des investissements lourds et qui prend de façon subreptice la décision d'engager la commune dans des investissements immobiliers lourds, de plusieurs millions d'euros. Le bien fondé de ces investissements n'est pas ici en question, (ce sera pour plus tard), seulement la méthode.


Sans doute le "groupe majoritaire" en a-t-il été informé de façon occulte lors de ces réunions dans lesquelles sont décidées la plupart des grandes orientations? La démocratie exige, et la loi aussi, que tous les conseillers municipaux disposent du même degré d'information pour prendre des décisions. Ou alors le groupe majoritaire n'a pas été informé de ces dispositions... et les conseillers de la majorité sont des fantoches.

Il va de soi que mon dessein n'est pas d'empêcher des gens appartenant à la majorité municipale de se réunir; mais j'analyse les propos du maire lorsqu'il déclare s'appuyer sur un "groupe majoritaire"  pour imposer la forme  et le fond de certaines décisions.

J'observe que ce groupe majoritaire n'a plus d'existence administrative depuis la modification du règlement intérieur du Conseil Municipal, que son existence "politique" ne peut  se constater que dans le cadre des réunions du conseil, lorsque l'opposition est présente.

En effet, ou la majorité se réunit et  reçoit  des informations qui ne sont pas mises à la disposition de l'ensemble des conseillers, ou il ne se réunit pas, le "groupe majoritaire" se limitant alors à la personne du maire (et pourquoi pas à quelques personnes non élues).
Dans la pratique, je pense que les deux cas de figure existent. En fait, pour rentrer dans une pratique juste, il suffirait que le maire assume ses responsabilités, plutôt que de s'abriter derrière la fiction "politico-juridique" du groupe majoritaire qui tôt ou tard lui reviendra en boomerang.

Pour l'instant le conseil n'est pas un lieu de débat, mais d'affrontement; les commissions ne sont pas un lieu de travail mais d'information. Comment croire que les conseillers de la majorité n'ont rien à dire si ce n'est ânoné le texte des délibérations auxquelles un certain nombre d'entre eux donnent, en plus, l'impression de ne rien comprendre.