Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ce blog est destiné à rendre compte de l'action de Charles-Albert LUCAS  conseiller municipal d'Arcachon siégeant dans l'opposition divers droite et décidé à mener une véritable opposition à la politique  et aux méthodes adoptées par Y. Foulon sur Arcachon et sa région.  Vous pouvez vous abonner gratuitement et adresser des messages en utilisant les rubriques "abonnement" et  "contact" dans la barre des menus.  Vous pouvez également consulter quelques  articles de fond dans la rubrique "Page". La rubrique "Archives" est classée par ordre chronologique.  La rubrique "Catégories" vous  permet d'accéder aux articles par thème .

Arcachon - Le blog de Charles-Albert Lucas

Ce blog est destiné à rendre compte de l'action de Charles-Albert LUCAS conseiller municipal d'Arcachon siégeant dans l'opposition divers droite et décidé à mener une véritable opposition à la politique et aux méthodes adoptées par Y. Foulon sur Arcachon et sa région. Vous pouvez vous abonner gratuitement et adresser des messages en utilisant les rubriques "abonnement" et "contact" dans la barre des menus. Vous pouvez également consulter quelques articles de fond dans la rubrique "Page". La rubrique "Archives" est classée par ordre chronologique. La rubrique "Catégories" vous permet d'accéder aux articles par thème .

Deux dossiers exemplaires de l’urbanisme à Arcachon

Ces deux exemples, deux cas particuliers, illustrent bien la politique menée ou subie par la majorité actuelle et les questions à résoudre.

 

La résidence de tourisme qui va se réalise allée Stora, en ville d’hiver, sur l’ancien emplacement de Veolia. Ce terrain récupéré par la Cobas, puis par la ville d’Arcachon qui l’a finalement cédé à un investisseur privé, français installé en Irlande…dans le cadre de sa politique de liquidation des réserves foncières municipales.

Dans ce cas, la stricte application des règles d’urbanisme  va permettre la réalisation d’une résidence de tourisme de 13 logements, soit 1162 m2 d’emprise au sol sur une parcelle de 3579m2 ; la densification qui en résultera est importante. L’implantation de cet immeuble, (r+2+combles), compte tenu de la nature spécifique du terrain procurera au voisinage de l’allée Stora une impression de surplomb importante bien que les limites autorisées en hauteur  ne soient pas dépassées. (11mètres,50 au faîtage et 9 mètres à l’égout). L’environnement local n’en sera pas amélioré.

Cette future réalisation apporte la preuve que le site de la ville d’hiver n’est pas suffisamment protégé, sur le plan de la défense de son aspect de couvert végétal, sur le plan de la limitation de sa densification, et sur celui de son aspect architectural. La disparition de la notion de COS, dans le cadre de la loi ALLUR élaborée par Cécile Duflot et votée par l’actuel parlement introduit une brèche de plus et permettra d’accroître partout la densification, en ville d’hiver, mais partout en France.

Nous sommes, à Arcachon, en période de révision du PLU ; il est donc possible d’établir de nouvelles dispositions réglementaires qui permettront de limiter la densification d’une zone comme la ville d’hiver qui perd peu à peu son caractère de ville sous les arbres, sinon sous les pins.

Il s’agit, par exemple de mettre en place un coefficient minimum d’espace en pleine terre (disposition qui existe au Pyla) pour toutes les nouvelles constructions qui résulteraient de reconstruction ou de division de parcelles ; ou de définir une taille minimum de parcelle, suffisamment grande, pour limiter les divisions entraînant parcellisation et densification excessive.

Il serait également sans doute souhaitable d’établir un périmètre pour la création d’une AMVAP (Aire de mise en valeur de l’Architecture et du patrimoine) en ville d’hiver qui constitue un trésor que rien ne protège réellement à l’heure actuelle.

Deuxième dossier : la source des Abatilles et son parc. L’ayant droit économique du parc (et du kiosque, récemment réhabilité grâce à la générosité de Jean Merlaut nouveau propriétaire de la source Saint Anne) est Roger Padois, le demi-frère du maire d’Arcachon. Après avoir repris la source et l’avoir dynamisée, Roger Padois a revendu la source au bordelais Jean Merlaut (Gruaud-Larose). C’est ce dernier qui a financé la réhabilitation du kiosque qui, pourtant ne lui appartient pas.

Roger Padois a, en effet, gardé la propriété des terrains jouxtant les installations industrielles d’exploitation de la source des Abatilles. Roger Padois vient de résilier le bail qui permettait d’exploiter les trois terrains de tennis de « la Source » qui étaient installés là depuis plus de 90ans. Les exploitants du tennis ont réunis près de 500 signatures pour s’opposer à cette décision, mais sans fondement juridique sérieux. Cette décision de Roger Padois traduit son désir d’utiliser cet espace à d’autres fins. Toutefois le PLU actuel précise que ce terrain ne peut être utilisé que dans le cadre de l’activité de la source et en aucun cas pour la réalisation de logements.

 Que va-t-il se passer ? Une modification du PLU est possible, mais elle serait scandaleuse si la décision de la collectivité servait directement les intérêts d’une personne privée en lui permettant de réaliser une PV substantielle…

La ville pourrait acquérir la parcelle pour la préserver en espace vert et à titre de réserve foncière. Ce serait le plus logique. Reste la question du prix… l’administration des domaines est là pour résoudre ce type de difficulté.

L’utilisation du terrain en respectant le PLU est aussi une possibilité. Mais les rapports entre Padois et Merlaut ne sont pas au beau fixe et ne laissent pas espérer une collaboration .