Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ce blog est destiné à rendre compte de l'action de Charles-Albert LUCAS  conseiller municipal d'Arcachon siégeant dans l'opposition divers droite et décidé à mener une véritable opposition à la politique  et aux méthodes adoptées par Y. Foulon sur Arcachon et sa région.  Vous pouvez vous abonner gratuitement et adresser des messages en utilisant les rubriques "abonnement" et  "contact" dans la barre des menus.  Vous pouvez également consulter quelques  articles de fond dans la rubrique "Page". La rubrique "Archives" est classée par ordre chronologique.  La rubrique "Catégories" vous  permet d'accéder aux articles par thème .

Arcachon - Le blog de Charles-Albert Lucas

Ce blog est destiné à rendre compte de l'action de Charles-Albert LUCAS conseiller municipal d'Arcachon siégeant dans l'opposition divers droite et décidé à mener une véritable opposition à la politique et aux méthodes adoptées par Y. Foulon sur Arcachon et sa région. Vous pouvez vous abonner gratuitement et adresser des messages en utilisant les rubriques "abonnement" et "contact" dans la barre des menus. Vous pouvez également consulter quelques articles de fond dans la rubrique "Page". La rubrique "Archives" est classée par ordre chronologique. La rubrique "Catégories" vous permet d'accéder aux articles par thème .

Deux contributions à l'enquête sur le POA:

Deux contributions à l'enquête publique surle POA adressées à l'enquêteur me sont apparues particuliérement complétes et méritent d'être publiées ici comme alleurs; tout d'abord celle de Vincent Guillemot :

"Monsieur,

Permettez-moi de vous faire part de mon opinion quant au projet abordé par votre enquête à savoir le projet d’implantation de pôle océanographique au Petit Port.

Je tiens tout d’abord à vous faire part de mon indignation quant aux modalités pratiques de cette enquête « publique » qui pourraient tenir de la vaste blague s’il n’en allait pas de l’avenir d’Arcachon. De « publique », cette enquête n’en a que le nom, car en décidant de mettre en place des horaires et jours de permanence aussi restreints qui ne permettent qu’aux retraités (valides) et personnes sans emploi de consulter le dossier et faire part de leurs remarques sur ce(s) projet(s), on empêche les personnes concernées ou tout simplement intéressées de se prononcer. On aurait voulu museler l’opposition que l’on ne s’y serait pas pris autrement !

Ceci étant dit, les 4 thématiques de cette enquête prêtent également à critiques :

S’agissant en premier lieu de la demande « d’autorisation au titre des installations classées pour la protection de l’environnement », elle me paraît totalement en contradiction avec le deuxième volet de votre enquête, à savoir, la « demande de permis de construire concernant un ensemble immobilier d’environ 11200m2 de surface plancher ». Comment parler de protection de l’environnement quand il est question ici de destruction d’un des plus anciens aquariums encore en activité au monde, de bétonnage massif en front de mer et de la suppression de la dernière fenêtre maritime de notre littoral arcachonnais ? A l’heure où la Ministre de l’Ecologie vient à Arcachon signer le décret de création du parc naturel marin du Bassin d’Arcachon, avec comme objectif de protéger le bassin, ces projets sont une véritable provocation. Trop d’erreurs ont été commises par le passé : le front de mer arcachonnais en témoigne. Et l’on ne peut justifier une nouvelle (ou plutôt deux) monstruosité(s) architecturale(s) (par leurs tailles et leur impact) par de mauvais choix pris par les maires précédents. Après la modification du PLU de manière scandaleuse et antidémocratique, voici que l’on veut faire de même avec cette autorisation et cette demande de permis de construire.

S’agissant de la « demande de changement substantiel d’utilisation de zones du domaine public maritime », dois-je vous rappeler les termes du Schéma de la mise en valeur de la mer du Bassin d'Arcachon ? Celui-ci est particulièrement clair en ce qui concerne le secteur d’Arcachon : l’évolution de la façade urbaine doit se faire « sous réserve du respect de la silhouette d’ensemble et des perméabilités physiques et visuelles entre la mer, la ville d’été et la ville d’hiver ». Les recommandations le sont tout autant : « promouvoir la qualité architecturale » et « préserver et valoriser les relations physiques et visuelles de la ville à la mer ». La silhouette d’ensemble et la perméabilité physique et visuelle sont toutes deux bafouées par ces projets. L’un vient remplacer une construction de 1866 intégrée dans le paysage côtier par un immeuble de bêton beaucoup plus haut, l’autre vient en plus rendre « imperméable » physiquement et visuellement notre front de mer (peu importe sa couleur ou les matériaux utilisés !). Une aliénation du domaine public maritime ne peut se concevoir si elle viole manifestement le schéma de la mise en valeur de la mer.

Pour quelques chambres d’hôtel vendues au prix fort au bénéfice d’investisseurs privés fortunés et quelques universitaires capricieux, combien de milliers de touristes ne souhaiteront plus se rendre dans notre station balnéaire car trop défigurée ? Quel sera l’impact économique réel pour les arcachonnais ? Ce n’est pas avec le pôle océanographique que l’on pourra espérer un salut. En effet, comme cela apparaît aujourd’hui clairement, il n’y aura aucune embauche ni retombée économique localement. Il ne s’agira que d’une délocalisation de personnels venant de Talence… et y repartant le soir. Idem pour les étudiants. C’est ici le 4ème thème abordé par votre enquête : l’intérêt général : il n’y a aucun intérêt général dans ce projet. Que des intérêts particuliers : celui de quelques personnes, élues ou non, qui s’attribuent le patrimoine des arcachonnais pour servir les intérêts d’investisseurs privés ou leur carrière. Tout du moins dans le projet tel que présenté aujourd’hui, à savoir implanté au Petit Port. D’autres solutions existent et ont été trop vite mises de côté par l’une ou l’autre des personnes précitées. Pourquoi avoir (volontairement ?) laissé l’actuel aquarium/université place Peyneau tomber en ruines ? L’intérêt général aurait peut-être été servi par un entretien convenable et une modernisation des locaux actuels.

 

En conclusion, ce projet est un désastre pour Arcachon, pour son patrimoine et pour son attractivité touristique. Il apparaît clairement aujourd’hui que ce projet ne revêt aucun caractère d’intérêt général. Plus encore, ces destructions et bétonnages annoncés vont à l’encontre de tous les grands enjeux des années à venir (écologie et économie). Quelle ville allons-nous laisser aux générations futures ? Comment pourrons-nous expliquer que nous avons laissé disparaître la dernière fenêtre vers la mer et que nous avons laissé couler des tonnes de béton à des emplacements jusqu’ici préservés ? Le front de mer d’Arcachon a trop souffert et je refuse que celui-ci souffre d’avantage.

 

Je vous remercie donc de bien vouloir prendre en compte la présente dans le cadre de votre enquête et l’inscrire dans votre registre et vous prie de croire, Monsieur, à l’expression de mes sentiments les meilleurs."

 

Enfin celle d'André Tillier , le président de L'ASSA, chargée de la sauvegardedu site d'Arcachon, dont l'argumentaire est particuliérement fort:

 

Monsieur le commissaire Enquêteur

Objet : Remarques de l’ASSA (Association de Sauvegarde du Site d’Arcachon) sur le projet de POA

 

    Nos remarques ci-dessous reprennent les arguments que nous avons très souvent développés contre ce projet à toutes les étapes de sa conception :

  • L’impact sur le site d’Arcachon au Petit Port est minimisé par une présentation biaisée qui ne permet pas de se rendre compte des conséquences d’un tel volume dans le front de mer. Seule une maquette ou une simulation en trois dimensions demandée à l’université et restée sans réponse, aurait permis de se faire une idée du changement qu’apportera la construction du POA. Malgré tous les efforts des architectes, c’est une véritable muraille qui va être érigée et qui fermera la dernière fenêtre ouverte sur le Bassin. Les prescriptions du SMVM (Schéma de Mise en Valeur de la Mer) qui prévoient une certaine transparence des bâtiments construits en front de mer, ne semblent pas respectées.
  • A l’origine en 2007, le POA devait être construit sur le site de Peyneau à la place de la station marine actuelle et cela avec l’accord de toutes les autorités concernées (université, Région, mairie, Conseil Général). Aucune explication n’a été donnée pour justifier le changement de site. Nous avons proposé d’autres sites mais aucun d’entre eux n’a fait l’objet d’études sérieuses et objectives de la part de l’université qui était alors juge et partie.
  • Il aurait été plus judicieux et plus économique de conserver la répartition actuelle en deux sites l’un à Arcachon (station marine modernisée) pour les prélèvements et les traitements immédiats et l’autre à Talence (campus universitaire), comme cela est réalisé dans un centre équivalent à Marseille. Par ailleurs le coût du logement à Arcachon imposera à la majorité des occupants du POA des allers et retours journaliers avec leur lieu de résidence.
  • En 2013 le projet présenté  aux arcachonnais était prévu sur pilotis de 7 m afin d’assurer une certaine transparence visuelle vers le bassin. Dans le projet actuel ces pilotis ont disparu mais la hauteur totale a été maintenue (la référence aux pilotis apparait dans un jugement du TA de Bordeaux rendu à l’occasion d’un recours déposé contre la révision simplifiée du PLU pour la zone du Petit Port).
  • Dans un passé récent (avant 2000) des constructions de grande hauteur ont été réalisées en front de mer. La municipalité a pris conscience de ces erreurs et à partir de 2003 les PLU ont limité à 9,50m les hauteurs des immeubles en bord de mer. Aujourd’hui cette règle de bon sens et de protection, a été annulée en deux endroits (Petit Port et Peyneau) sans raison valable. On a répondu que puisque des immeubles voisins du futur POA ou du futur hôtel prévu à Peyneau, culminaient à 25m, cela justifiait les hauteurs prévues pour ces deux projets. Avec un tel raisonnement c’est tout le front de mer qui, de proche en proche, pourra être bétonné et ressemblera un jour à la Costa Brava.
  • Le POA n’aura aucune conséquence sur l’attractivité d’Arcachon qui est une station balnéaire, ni sur l’activité économique de la commune car les occupants du pôle n’habiteront pas sur place

 

Enfin vous devez savoir qu’une pétition a été lancée en avril 2014 contre le projet de POA sur le site « change.org » Cette pétition a reçu à ce jour plus de 30.000 signatures. Cela vous donne une idée du profond sentiment de rejet soulevé non par le principe du POA mais par le bâtiment et le site prévus pour l’accueillir.

 

En conclusion les adhérents de l’ASSA  sont totalement opposés au projet du Petit Port et ne doutent pas que la grande majorité des personnes qui viendront déposer leurs remarques soutiendront la même position.

Je vous prie d’agréer monsieur le commissaire enquêteur, mes sincères salutations.

 

Je crois que ceux qui suivent ce blog auronttrouvé là tous les arguments les plus solides pour s'opposer encore et toujours à ce POA